Trop de bateaux ? Jamais pour moi!

par Alan Evans

0
71

Parmi les navigateurs, il y a un vieux dicton qui dit : « les deux jours les plus heureux sont ceux où vous achetez un bateau et celui où vous le vendez. » Je suis entièrement d’accord avec la première partie de l’énoncé, mais pas du tout avec la seconde. J’ai une différente théorie qui dit que vous n’avez jamais trop de bateaux ! Ce qui explique que j’en ai maintenant six, malgré le fait que j’aurais bien de la difficulté à les revendre. Tout cela pour vous expliquer comment il se fait qu’on observe un groupe de petits bateaux, chaque été, dans la baie de Tadoussac. À quel autre endroit pourrais-je les placer ?

La vérité, c’est que j’aime les bateaux de bois et que trois des quatre ancrés chaque annéee sont des embarcations classiques. Le vert est un petit bateau de marque Peterborough, acheté de seconde main par mon père, il y a plus de 60 ans. Depuis, il a été utilisé durant la plupart des étés. Cette petite annexe, qui est un vrai charme à ramer, est aussi équipée d’un mât et d’une voile qui peuvent rapidement être escamotés dans la coque qui n’a que 10 pieds de longueur.

Lorsque j’avais 14 ans, et impatient d’apprendre l’art de la voile, mon père a acheté le petit dinghy bleu, pensant qu’il serait plus sécuritaire en raison de caissons de flottaison. Mais nous avons vite constaté que le dinghy vert était plus difficile à chavirer. « Tadoussac est un plan d’eau formidable pour apprendre la voile, parce que l’eau est si froide que vous apprenez très rapidement à ne pas renverser. » Fabriqué de fibre de verre, c’est celui que j’apprécie le moins, malgré que certains préfèrent les embarcations en fibre de verre à celles en bois. Je ne comprends pas cette préférence pour la fibre de verre. J’ai toujours pensé que si Dieu avait voulu que nous fabriquions des bateaux en fibre de verre, Il aurait créé des arbres en fibre de verre.

Le Jaune est un des trois bateaux qui avaient été commandés dans le catalogue Eaton dans les années cinquante. De nos jours, qui pourrait s’imaginer que l’on puisse commander un bateau de bois dans un catalogue Eaton. Deux de ces embarcations furent achetées par des familles passant l’été à Tadoussac ; les Powell et les Dewart. Mais seulement un bateau leur fut livré. Suite à une plainte auprès d’Eaton et, sans surprise, le premier se retrouva chez nous. La famille Skutezky en acheta un. Il n’en subsiste plus qu’un qui fût entreposé dans un hangar pour finalement m’être cédé. C’est une grosse et confortable chaloupe à rame, idéale pour aller pique-niquer autour de la Pointe Rouge ou à L’Anse-à-la-Barque.

Il y a finalement la reine de ma flotte, le canot classique de la Côte-Nord (appelée barge par les anciens navigateurs de la région) *. On comptait une douzaine de ces bateaux dans les environs. On ne sait pas vraiment qui les a dessinées ni quand fut construit le premier exemplaire. Peut-être sont-elles inspirées du canot d’écorce utilisé par les Premières Nations. Lourds, sécuritaires et conçues pour la rame, ils sont excellents pour pénétrer dans les petites anses, près des falaises du Saguenay et pour la pêche. Ce canot rouge appartient à Ray Bailey avec qui j’ai convenu de la réparer, de le rendre sécuritaire et d’en prendre soin, en échange de son usage.

Traditionnellement, les familles qui s’adonnaient à la pêche avaient pour habitude de peindre tous leur bateaux de la même couleur afin de mieux les identifier. J’ai décidé qu’il était plus attrayant de varier les couleurs et j’ai donc choisi les couleurs primaires rouge jaune et bleu pour les bateaux ancrés dans la baie. Le vert est peint d’une des trois couleurs secondaires, les deux autres étant l’orange et le pourpre. Il est actuellement en réparation et ira bientôt rejoindre les autres au mouillage dans la baie. Mais j’aimerais compléter la collection. Si quelqu’un possède un vieux bateau de bois entreposé dans une grange quelque part et qu’il veut contribuer à mon projet, faites-le-moi savoir. Nous pourrons conclure la même entente qu’avec M. Bailey et je l’ancrerai dans la baie. Vous en serez toujours le propriétaire et vous pourrez décider de la couleur entre l’orange et le pourpre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Inscrivez voitre commentaire
Inscrire votre nom