Jean Cériens

Par Studio C

0
154

Rencontre entre Jean Cériens (JC) et Ti-Jos (TJ)

JC : Bon, mon char part pu ! Ça doit être le carburateur !
TJ : Ha ha ha un carburateur…. c’est quoi ça ?
JC : Ché pas, mais quand mon père crissait après son char, c’était le carburateur.
TJ : Ha ok… Qu’est-ce ce que tu fais à soir ?
JC : Ché pas. On gèle pis la glace est fondue ! Eille ! Y vont finalement avoir un nom de rue au moulin baude !
TJ : Ha ouin ? Ça va s’appeler quoi ?
JC : Ché pas. Me rappelle pu.
TJ : Drôle de nom pour une rue !
JC : Bin non niaiseux !
TJ : Eille ! Ça l’air qu’on va pouvoir manger du food truck aussi comme en ville ! Madame Seulange m’a dit ça ! Ché pas si on va pouvoir faire marquer ?
JC : Les restaurants dans le ch’min, ça va être pratique l’hiver ! Veux-tu des pogos ti-gars ? Ça va te réchauffer les mains en attendant que la caisse ouvre !
TJ : Eille ! Ça l’air que le beau est en amour ! Y’a rencontré une fille à manif pour le chômage !
JC : Ha bin ! A s’appelle comment ?
TJ : S’t’une fille du côté américain. C’est une Côté, Cote… Côté sud je pense !
JC : T’é bin épais !
TJ : Quoi ?  La côte, y vont la faire du côté sud ça l’air !
JC : Pis le pont, lui ?
TJ : Quel pont ? Le pont entre la blonde du beau et la côte sud ?
JC : Ha ! Tu dois être perdu dans nouvelle route du moulin à baude ! On va-tu faire un tour su madame Seulange ? A doit avoir une cuite de faite !

Jean Cériens et Ti-Jos se rendent chez m’dame Seulange (MS) et m’sieur Yvon (MY)
JC : Bonjour m’dame ! Yvon est pas là ?
MS : Non y’é parti au Sacré-Cœur.
JC : Ça sent bon icitte !
MS : Mon p’tit choueneux ! Tu connais mes heures de cuites !
JC : On s’organise madame.
MS : Enlevez vos souillers ! Pis, y se passe quoi dans ce village ?
JC : Bin ça dégèle, les stops vont revenir bientôt. On est le printemps là, on va pouvoir ce parker d’in rues.
MS : Là, y’avait pas une poursuite d’un million pour la côte pis c’est pour ça qui la mettent du côté sud ?
JC : Non, non, c’est pour pas défaire les bâtisses à bout d’âge !
TJ : Y sont toutes à bout d’âge !
MS : Bon, ça va faire comme la bécosse dans côte. Ça va coûter cher, pi ça va faire d’la marde !
JC : Pas besoin de bécosse pour que ça sente le yable icitte ! La marde pogne pour un rien icitte. Juste si t’as pas d’affaire à faire des affaires d’in affaires des autres qui sont en affaires.
TJ : Hein ?
JC : Les affaires. Si t’avais pas tant d’argent qui passait icitte…
TJ : Ouin ché bin ! Mais si ça se comptabilise pas, c’est d’la marde. On r’vient dans côte pis au quai !
JC : Eille ! Mêle pas les affaires ! C’est pu de nos affaires ça ! C’est à faire peur de voir tout ça se défaire. Pars-moé pas su les autobus en plus !
TJ : Eille ! Voir si je vas aux assemblées municipales avec un garde du corps !
JC : T’exagère là. Le gros gars, c’était son chum ! Une maudite chance qu’on a fait c’t’entente-là ! On aurait faite fallite !

M’sieur Yvon arrive
JC : Ha ! Bonjour M’sieur ! Vous êtes allé au Sacré-Cœur ?
MY : Oui, j’avais besoin d’une boîte de clous.
JC : Des clous ? Ça se vend encore ça ?
MY : Oui, c’est moi qui va faire le nouveau site internet du village.
JC : Eille ! 26 000 piass ! Ça va faire un beau site !
MY : On va pouvoir rentrer deux chars dedans, c’est sûr ! Le vieux était fini !
JC : Ouin, on a de la misère avec les vieux !
MY : Parle pas de même de nos voisins toé !
JC : Y va être hébergé où, le nouveau site ? Sûrement pas à Tadoussac, y’a pas moyen de se loger icitte !
MY : Vous êtes venus à pied les gars ?
JC : Oui, mon char part pu. C’est comme les Français !
TJ : Niaiseux  !!!
JC : Ça doit être le carburateur.
MY : Voulez-vous que j’aille vous reconduire ?
JC : Non, non, on va marcher.
MY : Taboire, vous êtes pas peureux !
JC : C’est pas loin pis je sais que chose, pi l’autre et machin aussi sont pas en ville.
MY : Mêlez-vous pas de ch’min. Y’ont pu les mêmes noms.
TJ : Ouin, c’est quoi hein, le nom du chemin ?
JC : Euh..?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Inscrivez voitre commentaire
Inscrire votre nom