Faits saillants de la municipalité

Par Marilyne Gagné

0
338

Signature du bail — stationnement de l’église : La municipalité renouvelle l’entente de location du stationnement qui appartient à la Fabrique pour 15 000 $ par année.

Dossier du réaménagement de la route 138 : C’est fait. Le conseil a statué. Tous les détails dans le dernier journal HCN.

Entente de location pour le local servant à la boutique La Toupie : C’est une entente annuelle d’une somme de 4250 $.

Site Web municipal : Il en coûte près de 26 000 $ pour refaire le site Web volet touristique de Tadoussac. Le site sera en fonction au début de l’été. Le volet municipal sera également refait pour un moindre montant. 16 000 $  proviennent d’une subvention de la MRC et couvriront une partie de ces coûts.

Subvention pour le Happening de peinture : La subvention a été revue à la hausse. L’organisme recevra donc 8500 $ en soutien à l’évènement.

Nomination du comité de réflexion dossier urbanisme : Un comité composé de : Nadia Ménard, Lilas Lamontagne, Joëlle Harvey et Martin Fournier comme résidents, Mireille Pineault et Guy Therrien comme conseillers municipaux, Ken Gagné comme membre du CCU travailleront avec le conseiller en urbanisme du village afin de revoir la règlementation sur les hébergements touristiques (Airbnb et autres), voir à permettre les pavillons de jardin qui pourraient servir de logements pour les travailleurs et la possibilité d’intégrer des commerces artisanaux dans certains secteurs. Deux autres places restent à combler.

Nouveau nom de rue : Pour régler le problème des adresses du Moulin à Baude, la rue attenante aux habitations du quartier des chalets, anciennement nommée le chemin du Moulin à Baude, sera dorénavant nommée chemin des Battures. Le nom a été choisi par les résidents du quartier des chalets. Par la suite, une nouvelle numérotation sera donnée afin que les adresses se suivent, ce qui améliorera la recherche de celles-ci lors d’intervention en sécurité civile.

Érosion des berges dans la baie de Tadoussac : Un projet de 3 M$. Un rapport avait été réalisé en 2010-2011 afin de proposer des solutions aux problèmes d’érosion et de glissement de terrain dans la baie. Ce rapport, avec les recommandations, refait surface alors qu’il est resté quatre à cinq ans sur une tablette. Un replagage est proposé, une réfection du mur de soutènement ainsi qu’une canalisation dans les talus afin d’enlever l’eau qui s’y accumule et qui cause ces glissements. Les trois solutions doivent être réalisées pour que le projet soit efficace et que l’argent du gouvernement soit octroyé. Quel sera l’apport de la municipalité ? Elle espère 5 % tout au plus. Dommage que ce projet n’ait pas bénéficié du sable provenant du dragage de la marina. Malheureusement, ce sable a été rejeté dans le fleuve, en face de Bergeronnes, causant des coûts énormes.

Acquisition d’un nouveau camion : La municipalité ajoute un nouveau véhicule à sa flotte. Comme un montant était déjà octroyé par le MTQ pour la location d’un camion servant à la gestion du trafic pendant l’été, la ville décide d’acheter le véhicule qui remplacera dans trois ans, un autre véhicule de la flotte de la municipalité.

Balai ramasseur pour chargeur : La municipalité paie environ 6 000 $ pour faire balayer les rues au printemps. Donc, elle a regardé la possibilité d’acheter cet équipement, mais le prix est trop haut : 60 000 $ au lieu du 40 000 $ souhaité. Un nouvel appel d’offres sera lancé.

Lettre du Casse-Croûte et Crèmerie le Connaisseur : Les propriétaires demandent à la municipalité la possibilité d’avoir un commerce sur roues, communément appelé food truck, dans le village pendant des périodes précises comme lors d’évènements. Ce commerce a déjà fait l’acquisition d’un camion qu’ils opéreront dans divers endroits où cela est permis.

Bien sûr, certains gens d’affaires déjà au courant de cette demande ont brandi haut et fort les arguments qui vont à l’encontre de cette demande. La larme à l’œil, le propriétaire du Chantmartin fut le premier à s’exprimer contre et disait parler au nom de plusieurs commerçants.   Si un permis est octroyé, ils en veulent tous un.

Le conseil municipal ne voulait pas débattre ce point, mais plutôt déposer publiquement la demande. Il se penchera sur la question dans les prochaines semaines.

Lettre d’Héritage canadien

Les propriétaires des maisons patrimoniales que sont le musée maritime, les granges et la collection Molson, s’expriment contre la démolition de leur propriété citant l’importance de ces bâtiments et de ce quartier pour l’histoire de Tadoussac.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Inscrivez voitre commentaire
Inscrire votre nom