Temps des fêtes 2017

Par Dédé Troubley

0
162

Objectif atteint

Avec plus de deux cents visiteurs de partout au Québec qui se sont déplacés pour venir défoncer l’année à Tadoussac, mission accomplie pour la structure et les bénévoles qui la soutiennent.

 La grande question depuis la nouvelle construction était de savoir : en hiver, combien de personnes pouvions-nous recevoir.

Au réveillon, en affichant complet, ont pu s’asseoir confortablement, environ 191 personnes en plus de la vingtaine de bénévoles qui debout, ont assumé le service.

En plus d’avoir rempli le Chantmartin avec son forfait adapté à l’Eau Berge, deux gîtes ont pu recevoir du monde en plus de la Maison de la Mairesse, du Shack et de l’ouverture d’urgence de la roulotte des bénévoles.

Durant toutes ces années, l’Eau Berge en restant ouverte (une folie financière) n’arrête pas de marteler que nous avons un village de rêve pour développer l’hiver. Partout ailleurs, on essaie de construire le village modèle hivernal. Ici nous l’avons grandeur nature et on dort au gaz. On préfère l’inertie, l’hibernation et le soleil du sud, bien assis confortablement sur le bord d’un trou noir que nous nous creusons collectivement.

Toutes ces années où nous sommes restés ouverts, c’était tout simplement pour nous prouver que c’est possible de remplir un établissement grâce à sa réputation, sans avoir à offrir plein d’activités structurées.

Avez-vous imaginé ce qu’on pourrait réaliser collectivement si on se donnait la peine, avec un brin de marketing et des produits différents de faire un TADOUSSAC AUTREMENT.

Avec l’arrivée du Club Med hivernal et l’ouverture des Hautes Gorges quatre saisons chez nos voisins d’à-côté, on a qu’à tendre les mains pour récolter le fruit du travail que ces derniers ont accompli.

Pour ce faire, pas besoin de gros projets démesurés. Simplement de l’authenticité parsemée d’imagination et de créativité.

Si on ouvrait le village en acceptant de juste faire nos frais sans parler de rentabilité. Est-ce qu’on parlerait, en cette période-ci de l’année, de trou noir et de dévitalisation? Patiemment, pas à pas, il est permis de rêver que le temps viendra nous donner raison de travailler solidairement à se partager cet or blanc qu’est l’hiver. Bien sûr, en prenant soin de ne pas répéter l’erreur de vouloir tout donner à un étranger sous prétexte qu’il va générer tous nos profits.

Pour l’instant, l’Eau Berge est fière d’avoir fait ses preuves durant ce temps des fêtes 2017. À d’autres du village de prendre le relais et de continuer. La trace est faite. Merci à tous les bénévoles qui ont permis cette démesure cette année. Félicitations pour avoir atteint ce dépassement de soi où le mot donner prend tout son sens. Dorénavant, je souhaite à l’Eau Berge de reprendre une dimension humaine, à l’image de ceux qui l’occuperont, avec leur aspiration de vivre plus que de consommer.

P.S. Pour ceux en manque de rêve et d’imagination : Si l’EAU BERGE devenait LA GRANDE AUBERGE DE LA BAIE DE TADOUSSAC. Quel party et success story collectif…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Inscrivez voitre commentaire
Inscrire votre nom