Édito Post Budgétaire

Par Marilyne Gagné

0
181

Le conseil municipal nous a présenté son premier budget lors de deux réunions spéciales convoquées à cette fin, les 6 et 8 février derniers. Hé oui, deux réunions plutôt qu’une pour d’abord présenter le projet de budget et ensuite, une autre pour l’adoption. La DG nous expliquait que ceci est dû à la modification d’une loi du gouvernement qui ordonne aux élus de présenter les chiffres en projet, au moins deux jours avant l’adoption du budget. Cette façon de faire laisse peu de temps aux citoyens pour mieux comprendre et pouvoir poser des questions.

Avant cette modification à la loi, le budget était simplement présenté et adopté le soir même. Mais de toute façon, comme personne n’était au courant de ce changement, seulement trois personnes se sont présentées aux deux réunions. Un record des quatre dernières années. Et si vous l’aviez su avant, auriez-vous été plus présents ?

Le changement majeur du premier budget Breton, c’est sans contredit l’augmentation du salaire du maire qui passe de 16 995 $ à 27 750 $. Pour avoir discuté à plusieurs reprises de la rémunération des élus lors de mes quatre années au poste de conseillère, ce changement s’aligne avec une autre modification de la loi qui permet d’augmenter le salaire du maire sans nécessairement augmenter celui des conseillers.

Pour une municipalité comme Tadoussac, la tâche des élus est assez lourde et celle du maire l’est encore plus particulièrement. En plus des nombreuses rencontres hebdomadaires avec le conseil, le maire doit être présent pour les citoyens, veiller à la bonne gestion des affaires courantes, jouer un rôle prédominant dans la représentation et être présent aux différentes réunions de la MRC, qui a elle aussi de plus en plus de responsabilités.

Même si ce n’est pas une dépense populaire, il fallait emboîter le pas et permettre ainsi à d’autres citoyens désirant briguer le poste de maire de ne pas s’arrêter en raison d’un salaire trop bas. Et ce n’est pas encore un salaire à tout casser mais c’est tout de même mieux que d’être en dessous du seuil de pauvreté.

Autre dépense particulière, c’est le mandat donné à la firme Progestion d’Alma dès le début du mandat du nouveau maire. Cette firme se spécialise dans les domaines du développement organisationnel, des relations de travail et de la gestion des ressources humaines. Pour un montant de 24 999 $ et moins, un rapport sera remis aux élus dans quelques semaines. De multiples rencontres ont eu lieu entre la firme et tous les employés de la municipalité, des élus et anciens élus et des organismes externes. Tout ça dans le but d’améliorer l’efficacité de la gestion des ressources humaines et des relations entre la Municipalité et les différents intervenants avec qui elle fait affaire.

Pour ce qui est du reste des chiffres présentés, rien d’excitant. Nous subirons une augmentation de taxes due au traitement de l’eau potable et à l’asphaltage du centre du village. Même si le taux de taxe foncière n’a pas subi d’augmentation, il faut se rappeler qu’à Tadoussac, tel que nous le mentionnait Joëlle Pierre dans son dernier article sur les statistiques, le salaire moyen des familles est le même que dans les autres municipalités avoisinantes (55 069 $ en 2015) mais que la valeur à l’achat de nos maisons, en 2016, était 42 % plus élevée qu’à Bergeronnes, 39 % plus élevée qu’aux Escoumins et 50 % plus élevée qu’à Sacré-Cœur.   Donc, en bout de ligne, les acheteurs de maisons à Tadoussac doivent payer plus et ce n’est rien pour encourager les nouvelles familles à s’installer.

Le nouveau conseil dit vouloir consulter la population pour revoir ses mandats et sa mission. Établir une vision globale qui guide les décisions des élus, tel que demandé par le comité citoyens dans le dernier numéro du Tadoussacien. C’est une approche constructive et inclusive qui, espérons-le, ne restera pas sur une tablette. Prioriser l’économie pour augmenter les revenus des familles serait certainement une bonne priorité afin de réduire l’écart entre le salaire moyen et la valeur d’achat d’une maison à Tadoussac.

Tadoussac Bergeronnes Escoumins Sacré-Coeur
Valeur moyenne de l’évaluation foncière  d’une maison unifamiliale en 2018 136 163 82 655 128 605 117 326
Valeur moyenne à la revente d’une maison en 2016 selon Statistique Canada 200 913 141 504 144 029 133 413
Montant des taxes d’une maison avec terrain d’une
valeur de 130 000 $ desservie
2 052 2 757 2 360

LAISSER UN COMMENTAIRE

Inscrivez voitre commentaire
Inscrire votre nom