Rétrospective 2017 | OSBL

0
274

photo : Claire Therrien

Les amis de la Ferme

Les Amis de la ferme en 2017, c’est maintenant une plantation de 1800 plants de fraises et 560 plants de framboises en auto-cueillette. C’est aussi plus de 1000 plants d’ail et 120 plants d’asperges en plus de notre culture maraîchère diversifiée. Leur légume vedette cette année a été la gourgane pour les amateurs de soupe. Ils sont passés de 10 à 30 poules pondeuses et  espèrent s’installer prochainement pour en recevoir 30 autres de races variées. Les vedettes de cet été sont sans contester Sacripine et Torvis, leurs deux superbes chèvres laitières. En parlant de beauté, avez-vous remarqué le magnifique cheval canadien arrivé ce printemps ? Ils ont eu la belle visite du camp de jour municipal et du service de garde de l’école. Ce fut une année de sècheresse, mais grâce à un travail commun entre différents promoteurs de la ferme Hovington sur l’aménagement et l’installation d’un système d’irrigation, ils y ont échappée. Autres faits saillants : des chevaux qui préfèrent l’herbe du golf et un orignal femelle qui s’intéresse à la permaculture.


Photo : Catherine Mark

Marina de Tadoussac 

Un investissement majeur de 985 000 $ pour la marina de Tadoussac : nouveaux pontons, nouvel aménagement, agrandissement du lot d’eau, réfection des douches. C’est une vingtaine de places supplémentaires qui ont été créées pour combler le manque de place en période d’achalandage. En 2017, ce sont 648 bateaux qui ont passé 1346 nuitées. Une légère hausse par rapport à 2016, mais une bonne baisse comparativement à 790 bateaux en 2012 pour 1432 nuitées. Par contre, un record en 2017 : 53 bateaux visiteurs ont pu accoster en une seule soirée.


Groupe de recherche et d’éducation des mammifères marins

Pour le GREMM, la saison 2017 aura été marquée par les allers-retours des rorquals à bosse, dont trois mères avec leur baleineau (Tic Tac Toe, Bad Chemistry, Tingley). Pour Bad Chemstry et Tingley, il s’agissait d’une première visite (et pas la dernière, on l’espère) dans l’estuaire tout comme deux autres individus recensés (Maki et un inconnu).

Le retour inattendu du narval ! 

En effet, le 20 août à l’embouchure du fjord du Saguenay, deux assistants de recherche du GREMM fut ébahis : un narval nage parmi un troupeau de bélugas. Les photos qu’ils prennent permettent d’identifier le même jeune narval découvert l’été 2016 à Trois-Pistoles. Pour en lire plus : http://baleinesendirect.org/le-narval-toujours-parmi-les-belugas-du-saint-laurent/

Du côté des travaux de recherche, le suivi en mer de la population de bélugas du Saint-Laurent réalisé à bord du Bleuvet, la photo-identification des grands rorquals (bleus, communs et à bosse) ainsi que le suivi quotidien à bord des bateaux de croisière effectué par deux assistants de recherche se sont poursuivis.

Après 19 jours et 15 contacts, la tour de Baie–Sainte-Marguerite fut démontée le 22 août 2017. Deux projets de recherche sur les bélugas (une étude sur la communication et l’autre sur les soins allomaternels) incluant hydrophone et drone utilisaient cette structure. Pour la deuxième saison de l’étude sur la communication entre les mères et leurs jeunes : « l’installation de la tour s’est avérée un atout majeur », affirme Robert Michaud, directeur scientifique du GREMM. L’équipe a aussi pu transmettre en direct des sons captés depuis la tour aux naturalistes et visiteurs du belvédère de Baie Sainte-Marguerite dans le parc Saguenay. « On espère étendre ces échanges pour y inclure les images dès la prochaine saison », ajoute-t-il.

Au CIMM : le musée a passé le cap des 31 000 visiteurs annuels ! Plus de 3 000 d’entre eux ont obtenu leur diplôme de cours de chants de baleine avec succès. Les naturalistes ont présenté une nouvelle activité axée sur la famille, intitulée « Dans la peau d’un chercheur » où petits et grands testaient leur capacité d’identifier les individus sur les photos.


Photo : Municipalité de Tadoussac

La Petite Chapelle

Avec une subvention des gouvernements de plus de 700 000 $ et une mise de fonds de 10 % du milieu et de la Fabrique de Tadoussac, ces derniers auront permis à notre seul monument patrimonial reconnu au niveau national de se tenir debout encore pour plusieurs années.

 

 

 


Photo : Samuel Belleau

Observatoire d’oiseaux de Tadoussac

Du côté de l’OOT, l’automne 2017 a été marqué par un passage massif de tarins des pins où pas moins de 141 965 individus (un record !) ont été dénombrés par Olivier Barden. La capture au filet a permis de noter qu’il s’agissait majoritairement (à 85 %) de jeunes de l’année. Ce résultat est probablement en lien avec la forte production semencière (graines de conifères) rencontrée en forêt boréale lors de l’été 2017. Ce fut également une très bonne année pour le sizerin flammé (89 677), le roselin pourpré (1555), le geai bleu (230) et le bec-croisé des sapins (124). En plus des conifères, les sorbiers ont aussi produit en quantité et semblent avoir retenu les espèces frugivores tels que le durbec des sapins, le gros-bec errant, le jaseur boréal et le merle d’Amérique où moins d’individus ont été dénombrés par rapport aux autres années.

Du côté des insectivores, l’OOT a enregistré un nouveau record pour le jaseur d’Amérique où pas moins de 9 203 individus ont été comptés. La forte abondance de tordeuses des bourgeons de l’épinette en 2017 n’y est probablement pas pour rien et a aussi occasionné un passage sans précédent de parulines obscures (1035 ind.) et un excellent passage de paruline à croupion jaune (2519 ind.). Pour le quiscale rouilleux, une espèce en péril, les 765 individus constiuaient un nombre au-dessus de la moyenne annuelle.

Du côté des rapaces, ce fut une année record pour l’épervier brun (4 858 ind.), le faucon émerillon (230 ind.) et le faucon pèlerin (122 ind.). Ce fut également une excellente saison pour le pygargue à tête blanche (230 ind.), l’aigle royal (33 ind.), la buse pattue (197 ind.), la petite buse (950 ind.), la crécerelle d’Amérique (1409 ind.) et l’urubu à tête rouge (76 ind.). La buse à queue rousse (739 ind.) et l’autour des palombes (50 ind.) ont toutefois connu une saison sous la moyenne annuelle.

Finalement, l’année aura été riche au baguage de nuit avec la capture de 210 petites nyctales et de 93 nyctales de Tengmalm pour un total de 303 oiseaux.


 

OMH (Office Municipal d’Habitation)

Après avoir remis à neuf l’intérieur des logements, c’était au tour du revêtement extérieur l’été dernier. Les travaux ont coûté 300 000 $. Pour l’année 2018, afin de finaliser le tout, des aménagements paysagers y seront faits. Bravo à toutes les administrations précédentes pour autant de clairvoyance face à la préservation et à la longévité de ce service nécessaire au bien-être de notre communauté.


La société de développement de Tadoussac

La SDT est le nouvel organisme dont s’est doté un regroupement de citoyens et de gens d’affaires pour soutenir le développement à Tadoussac. En 2017, les rencontres se sont faites principalement autour des orientations à privilégier. L’organisme compte être plus actif en 2018.


ED POU LÉKOL

Le travail des Berthe-Hélène s’est poursuivi pour venir en aide aux jeunes Haïtiens de Saint-Ard. En juin 2017, une nouvelle équipe formée de Claude Deschênes et de 7 jeunes de la région s’est rendue sur place afin d’appuyer la petite école. Ils ont même laissé en don, la balance des sous qu’ils avaient amassés pour leur voyage. Une expérience constructive pour des jeunes de chez nous. Vous trouverez une présentation de leur voyage dans le journal l’Horizon Branché de Sacré-Cœur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Inscrivez voitre commentaire
Inscrire votre nom