« Notte malato »

0
229

Tick, tack, l’aiguille fait quelques tours
Tick, tack, le temps part et court
Pourquoi ne puis-je arrêter de penser?
Penser à mes incapacités, à mes responsabilités
Je sais pertinemment que je devrais rêver
Mais il m’est impossible de ne plus angoisser
Quand tous sauf moi sont dans les bras de Morphée
Tick, tack, cela n’arrêtera pas avant l’aurore
Tick, Tack j’attends le sommeil encore et encore
L’obscurité, néant de la nuit, est un complexe étouffant
Une entité m’abandonnant à mes concepts malfaisants
L’anxiété et la peur me sont tristement livrés
Telle une pomme empoisonnée, une malédiction perpétuée
Le silence et ma respiration combattant
Pour l’ironie de mon incessant comportement
Tick, tack, peu de temps avant que le grand astre se lève
Tick, tack, une autre nuit que cette maladie m’enlève

-Gabrielle Boutin

LAISSER UN COMMENTAIRE

Inscrivez voitre commentaire
Inscrire votre nom