Chronique voyage

Par Véronique Laplante

1
227

Vous connaissez Véronique Laplante ? Une autre amoureuse de Tadoussac, qui travaille chez Mathilde depuis quelques étés, qui revient de temps à autre visiter Tadoussac pour se ressourcer, qui est massothérapeute et adepte de yoga. Véronique est présentement en voyage en Thaïlande et raconte son périple par des billets très bien écrits et combien inspirants. Ça nous a donné le goût de publier une partie de son premier billet. Vous pourrez savourer la suite à l’adresse suivante :
https://veroniqueaupaysdusourire.wordpress.com/2017/12/11/vero-au-pays-du-sourire/.

Voyage au pays du Sourire

Bonjour la compagnie!

Voilà plus de deux semaines que je suis arrivée en Thaïlande et je prends enfin un moment, sous le ventilateur (il fait juste trop chaud pour vivre alors j’attends la fin de pm avant d’aller visiter) et j’en profite pour écrire un peu-beaucoup!

En passant, cette page est aussi une sorte de journal de bord alors si vous avez pas le temps ou l’envie skippez la lecture j’ai mis des photos pour ceux qui préfèrent  😀

Je viens de trouver le premier ordinateur sur mon passage depuis 2 semaines dans une auberge de jeunesse à Ayutthaya alors je vais y aller et en profiter parce que la simple idée d’écrire des textes sur un iphone me coupe complètement l’inspiration.

Ok je me lance!

(Attention: je fais un usage exagéré voir intempestif des points d’exclamation, des 3 petits points… et des notes entre parenthèses!!!)  😛

Arrivée à Bangkok… et première expérience de l’Asie!

Après un long parcours (12h de vol-à côté d’un gars qui a morvé-reniflé-mouché non-stop/4h d’escale/7 autres heures de vol) pour me rendre à destination, je me suis retrouvée installée dans un bus direction Kaosan Road (quartier des backpackers de Bangkok) à 8h du matin après avoir pris une première « poffe » de chaleur collante avec joie et m’être fait pointer un vieil autobus orange qui m’amènera me dit-on, dans mon futur quartier pour quelques jours.

Puis admirer la végétation exotique (habituellement la première chose que je fais en arrivant quelque part!), le nez collé nez contre la vitre du bus à tripper de ne rien comprendre des écritures thaï sur les panneaux de signalisation…. avec un sourire plaqué sur le visage 🙂

Yahoo : bienvenue au Royaume de Thaïlande!

Après un embouteillage d’une heure et quart, une trallée de chauffeurs de tuk-tuk insistants gentiment revirés de bord, j’arrive bien trempée de sueur dans ma chambre climatisée de guest house (une mauzusse de chance parce qu’on aurait dit entrer dans un four avant de l’avoir mis en marche!)

Après avoir laissé glisser les sacs à dos par terre et pris une douche, me suis laissé tomber sur le lit comme le bonhomme Kool-Aid!

Tout le monde m’a dit de ne pas dormir à l’arrivée et d’attendre le soir pour me caller dans l’horaire thaïlandais…je regarde l’heure: 11h du matin! Ben là!!! Je peux bien me faire une petite sieste d’une heure et demi quand même?

…5 heures plus tard (pas entendu le réveil, c’est l’appel à la prière dans le micro d’une mosquée pas loin qui m’a réveillé: capoté!) je me réveille en me grouillant pour partir manger mon premier vrai repas thaï dans un boui boui de coin de rue.

Sur les rues près de chez moi, il y a des étals de bouffe partout. Les odeurs sont parfois exquises (j’ai faim!), parfois étouffantes, parfois juste trop nouvelles pour savoir si on aime ou pas. Il y a des mamies qui brassent des grosses marmites de bouillie de « je-ne-sais-pas-quoi-je-ne-suis-pas-encore-prête-pas-certaine-de-l’être-bientôt » alors la grande aventurière se lâche dans le très original Pad Thaï (qui goûtait bien le Pad Thaï: pas de surprise ici!)

Je me suis dit à ce moment là que j’allais devoir me lancer dans le vide et essayer au pif ou encore me faire guider par un thaï parce qu’à part le curry, le pad thaï, les petites brochettes de viande avec le sticky rice et autres menus typiques thaïlandais qu’on retrouve partout: on est vite COMPLÈTEMENT perdu dans cette abondance de mets qui paraissent parfois un peu louche pour ne pas dire dégueux…

Ok relax Véro: tu viens d’arriver!

Puis balade: ça commence à grouiller de monde sur Kaosan Road (qui se réveille franchement le soir venu), ya des touristes sur le party qui commencent déjà à boire des buckets entiers. Des vendeurs ambulants essayent de te vendre tout et n’importe quoi (« grilled scorpion« ?) en te lançant un: « hey you: where you from? », mais mes amis m’ont bien « brieffé », pas question de répondre et je passe mon chemin en direction de …rien pentoute. Je ne sais pas ce que je veux ni ce que je fais: j’observe, j’erre, je me réjouis d’être là et je me trouve vraiment cute d’être aussi nouvelle à la vie dans cet univers!

Lendemain réveil à 4h du matin (hourra, j’ai toujours rêvé d’être matinale, pourvu que ça dure!), sortie dans le quartier pour petit déjeuner et entamer une journée de visite du Palais Royal et du temple Wat Pho (et son école et centre de massage thaï..)

Le Palais Royal: à éviter un samedi matin. Je marche jusque là c’est pas loin de chez moi mais le soleil cogne fort! M’accompagnent des centaines (des milliers?) de touristes principalement asiatiques avec des ombrelles (dont les coins ont failli me crever les yeux 12 fois, j’ai une bonne tête ou deux de plus que la plupart du monde que je croise ici) et j’envie leurs ombrelles car il fait CHAUD mais je me trouve pas pire: je respire entre mes dents pour me rafraîchir (?!) et j’y vais lentement!

Ya du monde en TA, je me demande si c’est la peine de rester car je sens que je vais bientôt m’énerver de me faire bousculer par tout ce monde qui s’en fou tant qu’ils puissent faire une selfie devant Bouddha (sérieux!) puis je quitte après 1 heure et demi en me disant: « c’est con j’ai presque rien vu, mais le périmètre du palais est juste IMMENSE » et noir de monde!

Je poursuis mon chemin pas bien loin car mon guide (lonely planet merci!) me dit que le temple Wat Pho est super beau et bien moins achalandé!

Site effectivement quasi vide: ça respire. Je me pâme devant l’architecture et devant autant d’ornements scintillants (ya des jewels d’incrustés partout, ça brille!) et je fais la traditionnelle photo du géant bouddha couché en prenant le temps de me laisser imprégner par l’atmosphère des lieux en toute discrétion: il y a plein d’âmes pieuses recueillies devant Bouddha…

Wat Pho: Première expérience de Massage thaï en Thaïlande.
On enseignait ici aurapavant la médecine traditionnelle et encore aujourd’hui le massage thaï.

Ici, on fait ça en gang dans de grandes salles (mes profs me l’avaient dit) climatisées aux parfums d’huiles camphrées. On se retrouve avec un voisin à 15 pouces de la face qui lui aussi se fait écrabouiller et tordre dans de drôles de postures: c’est un peu comique!

C’est drôle parce que les personnes qui te massent se jasent entre elles nonchalement en te travaillant dessus et tu te dis intérieurement: « hey yo dude: concentre-toi! » …mais tu ne dis rien parce que t’es au pays du massage thaï et tu vas quand même pas leur faire une leçon!

(Ça me rappelle qu’un des mes profs Kam Thye Chow a quand même raconté qu’il lui est arrivé de recevoir un massage qui a duré plus de 3 heures et le gars qui le massait s’est arrêté pour boire une bière et fumer une cigarette à 1 ou 2 reprises!)

Finalement ce massage fait par un jeune homme qui ne se prend pas du tout au sérieux (dans le bon sens!) me fait vraiment du bien. Je sors de là apaisée et j’ai l’impression d’être un peu plus dans mes bottines (fou: ça m’a couté un gros 10$)!

Cette première expérience me fait réfléchir et m’inspire à continuer de me détacher du résultat quand je masse: je fais ce que je peux avec ma présence et mes compétences pis c’est tout.

Parce qu’au début et pendant un bon bout de temps, on se prends donc bien au sérieux: on voudrait dont sauver nos clients de leurs souffrances physiques et émotionnelles: ça c’est de la pression, ça draine du jus, on en sort épuisés et ça marche pas anyway!

Si je peux me permettre de généraliser: ont dirait bien qu’ici, ils ne se cassent pas le bicyk, font leur travail bien humblement en faisant confiance à la technique qu’ils ont étudié et ne se prennent pas trop au sérieux.  Je trouve ça pas mal sain  🙂

(j’ai eu 2 autres expériences par la suite, plutôt similaires!)

La MER: Île de Koh Chang

Après 2 jours dans la capitale, je m’en vais à la mer pour une semaine.

Bangkok, j’y tiens pas: c’est gros, chaud et étouffant.

Ça fait trop longtemps que j’ai envie de me baigner dans la mer et j’avais prévu ça pour retomber sur mes pattes à mon arrivée!

Big bus ultra climatisé (ça prends carrément des bas de laine et un hoodie: merci Catherine du conseil!).

Un petit 7 heures de route le nez collé contre la vitre à regarder le paysage se transformer, les montagnes grossir au fur et à mesure qu’on franchit les kilomètres en écoutant la musique que mes adorables amis m’ont refilé (j’ai 3 playlists et plusieurs jours d’écoute).

Le bus s’arrête au milieu de nulle part, on sait pas trop pourquoi et le chauffeur crie: « KOH CHANG« ! On comprends que ceux qui vont à Koh Chang doivent débarquer (on est sur le bord de la route à l’intersection de 2 routes) et attendre… on ne sait ni qui ni quoi et tout le monde se regarde en se grattant la tête et on nous dit « pick-up coming » et le chauffeur repars dans son BIG BUS multicolore à deux étages et nous laisse cuire ici… Éventuellement un camion arrive tel que promis et on se tasse à 12 personnes avec nos énormes sacs de voyage dans la boite d’un pick-up à banquettes et on se fait brasser le camarade jusqu’à un autre point de chute encore au milieu de nulle part et on nous dit encore d’attendre un autre pick-up….et là les étapes et lifts se succèdent encore pour finalement reprendre un dernier pick-up à la sortie du traversier qui nous amèmera de peine et de misère vers la terre promise!

La route est belle et sinueuse et parfois carrément vertigineuse: on se demande si le camion va y arriver et si on va pas être éjectés dans une montée! J’adore (certains dans le bus trippent moins..)!  Les singes courent sur les fils électriques, c’est la végétation luxuriante des deux côtés de la route entrecoupé  d’un bref coup d’oeil occasionnel sur la mer en contrebas.

Arrivée encore trempée de sueur/brève installation (j’ai juste hâte d’aller me baigner) dans mon bungalow en bamboo avec vue sur la jungle. Trop cool!

OUI ceux qui me connaissent bien savent que j’ai une peur bleue à l’idée d’avoir des énormes araignées velues dans ma chambre alors j’ai inspecté partout comme une vraie fifille en priant de ne rien trouver…. génial: que des gueckos partout!  🙂

Une valise à l’envers, un maillot enfilé et une course vers la plage…

ET là…

j’entre dans l’eau qui est juste assez fraîche et salée: quel bonheur, quelle joie! Le soleil qui est presque couchant au large m’aveugle et des larmes de joie coulent. Je me retourne vers l’île en me sortant la tête de l’eau et je continue de pleurer parce que c’est juste tellement beau: l’île est couverte de montagnes, c’est la jungle!  Je fais quelques petits coups de brasse et je me sens connectée à la terre et à l’univers et je pleure encore!

J’ai pleuré parce c’était un délice extraordinaire et que j’en ai eu envie depuis longtemps de ce voyage et que la route a été un peu longue…dans tous les sens  (et c’est pas fini je sais je sais!) et que j’étais enfin là! Ah oui pis me baigner, c’est je crois, le truc #1 sur cette terre pour me faire du bien. Je suis certaine que j’étais une poissonne dans mon autre vie 😛

Ma semaine a ressemblé à: pratique quotidienne à 6h du matin, baignade dans la mer, déjeuner à la soupe au riz (mmmm!) chez Tiki et Mui (le plus mignon et bon resto thaï du monde et les plus adorables hôtesses à ce jour!), plage, baignade, lecture à l’ombre, baignade, sieste sous un arbre, baignade et ainsi de suite! Quelques nouveaux amis principalement allemands et belges, une sortie en bateau et plongée en apnée pour couronner la semaine!

Je dois repasser par Bangkok pour la suite car c’est le point de chute pour prendre trains et bus vers d’autres destinations. Ça me tente moyen mais allez-go, la province de Kanchanaburi m’attends!

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Inscrivez voitre commentaire
Inscrire votre nom