Un bécasseau pas comme les autres

Par Samuel Belleau

0
1779

Mi-décembre, il neige. Alors que les autres espèces de limicoles (que l’on nomme communément oiseaux de rivage) sont déjà rendues bien au chaud loin de nos latitudes boréales, une espèce parmi ce groupe fait exception et s’affaire encore à fouiner entre les rochers de la Pointe-de-l’Islet. Profitant des jeux de marées afin de survivre à nos hivers rigoureux, le Bécasseau violet est décidément un de nos oiseaux hivernants des plus fascinant de l’estuaire du Saint-Laurent.

S’activant sans répit lors de la marée basse en quête de nourriture composée principalement de mollusques et de crustacés (littorines, gammares, balanes, etc.), on observera surtout ce petit limicole à la livrée hivernale bleue violacée se reposant en petits groupes lors de la marée haute sur le littoral rocheux ou encore dérivant sur un bloc de glace! Le Bécasseau violet passera ainsi la saison froide sous nos latitudes avant de repartir au mois de mai vers l’arctique afin de s’y reproduire.

Bien que l’on estime grossièrement la population canadienne entre 10 000 et 50 000 individus, très peu d’informations sont réellement connues à propos des tendances de population de l’espèce ainsi que sur sa biologie (bioaccumulation des toxines dans l’organisme par exemple). Mais nous savons que le littoral de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent compte parmi les plus importants lieux d’hivernage de l’espèce au monde!

Alors portez attention lors de votre prochaine marche sur les berges rocheuses de l’estuaire : vous y observerez peut-être avec un peu de chance et de recherche le mystérieux et nordique Bécasseau violet!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Inscrivez voitre commentaire
Inscrire votre nom