Décembre 2017

1
986

Et voilà! À peine un mois après notre arrivée en Grèce, l’incroyable s’est produit, nous nous sommes installés à bord de notre nouvelle embarcation, le voilier Thétis! Nous y sommes depuis une semaine déjà. Nous sommes encore surpris de nous retrouver sur une telle bête et surtout infiniment reconnaissants à la vie qu’en si peu de temps, nous ayons été guidés vers ce navire dont toutes les caractéristiques vont bien au-delà des attentes que nous avions. Nous sommes aussi et surtout plein de gratitude pour tous ceux et celles qui ont contribué à réaliser cette amorce de projet et qui continuent de le faire de mille et une façon…!

Tel que convenu, l’inspecteur a passé toute la journée du mardi 5 décembre à examiner le spécimen de partout pour un bilan plus que concluant… Mis à part ce que nous avions déjà constaté par nous-mêmes, le plus gros problème décelé a été le fond des réservoirs d’eau qui est rouillé! Le reste n’est pratiquement que du cosmétique.

Nous nous sommes installés à bord dès le lendemain de l’inspection.

Aux petites heures du matin, Sylvain était déjà en train de faire des voyages en vélo de notre petit appartement jusqu’au bateau (une dizaine de kilomètres aller-retour environ) chargé de tout notre stock… Le temps des démarches préalables nécessaires à l’achat du bateau, nous avions loué pour presque deux semaines un petit pied-à-terre dans un immeuble délabré, à 50m de la mer, dans un quartier aux petites rues en terres pleines de chiens et chats errants, bordé par des champs d’oliviers et la voie ferrée. Même si on n’était pas sûr d’avoir bien choisi le lieu au départ (dû à la moisissure dans notre appartement et aux odeurs d’égout dans l’immeuble), on a fini par s’attacher à notre petit quartier. Nathan et moi avons terminé le déménagement en train. Sur l’heure du midi, après plusieurs allers-retours, nous étions déjà tout installés. Autant Sylvain que moi avons tout de suite ressenti l’agréable et persistante sensation d’être arrivés chez nous. Nathan lui est comme un petit poisson dans l’eau, il gambade déjà partout sur le voilier, escalade tout ce qu’il y a à escalader, sous l’attention vigilante de ses deux parents qui ont bien hâte d’installer le filet tout autour du bateau.

Nous sommes à bord de Thétis mais le transfert de propriété n’est pas tout à fait terminé. Staliou Tzanis, le propriétaire, nous a généreusement permis de l’habiter et de commencer les travaux (il paie le quaiage jusqu’à notre départ!), mais pas question encore de le naviguer. Le tout devrait être réglé bientôt, avant Noël du moins.

C’est avec beaucoup d’enthousiasme que nous avons amorcé la liste des petits travaux à faire d’ici le départ prévu pour le début de janvier. Sylvain a tout de suite démonté les réservoirs pour une remise à neuf, le vis-de-mulet qui était à changer est aussi démonté et commandé, même chose pour certaines pièces de poulies et du coulisseau de grand-voile sur enrouleur… Même s’il n’y a rien de majeur, la liste est longue pour s’assurer que tout est en ordre avant le départ pour une aussi longue traversée…  Alexandre Costa et Alan Evans, nos futurs équipiers et nos incroyables partenaires dans cette aventure,  ont déjà pris leur billet d’avion pour venir nous rejoindre le 3 janvier! Alexandre aidé de Sarah a rassemblé et empaqueté tout le matériel manquant dans une grosse caisse construite avant notre départ dans le but de l’expédier par cargo. Une grosse mission parce que, comme nous ne faisions pas de traversée en fin de compte, nous n’avions pas préparé le matériel requis pour l’aventure. Alan et Jane ont été mené la caisse jusqu’à Montréal. Celle-ci devrait donc arriver à peu près en même temps que nos équipiers.

Le départ est prévu pour la première ou la deuxième semaine de janvier. On peut compter un gros trois semaines pour amener le bateau de là où nous sommes en Grèce jusqu’à Gibraltar. Étant donné qu’il risque de faire froid en mer à ce temps-là de l’année et qu’il y a de fortes chances qu’on ait le vent dans la face la plupart du temps, j’ai décidé de sagement rentrer au Québec avec Nathan pour cette partie du convoyage. Ça risquerait d’être une première grande navigation un peu trop raide pour notre petit moussaillon… On prévoit les rejoindre en cours de route, entre l’Espagne et les Canaries, pour la transatlantique.

Sinon, pour parler un peu du pays, il fait presque tout le temps beau ici, dans les alentours de 15°C en montant. Pas très chaud dès qu’il vente, mais tout est relatif… 😉 Il y a des arbres fruitiers gorgés de citrons, mandarines, oranges, pommes grenade qui bordent toutes les rues et abondent dans toutes les cours. Plein de marchés en plein air aussi, comme partout en Europe. Les fruits et les légumes goûtent tellement « plusse meilleurs » que chez nous, même les carottes qu’on achète en épicerie goûtent la carotte! Nathan, notre petit bout d’homme incroyablement joyeux, se promène tout le temps en dansant dans les rues, parfois en chantant, faisant sourire tous les passants qui l’embrassent et le bénissent. Ils sont chrétiens orthodoxes ici, très croyants, même les jeunes se signent en passant devant les églises. Il y a tout plein de belles choses à découvrir aussi au niveau de l’histoire, de l’architecture (même si on n’a pas trop fait les touristes jusqu’à présent), mais autrement, on sent partout que la crise a frappé la Grèce de plein fouet. L’économie s’est complètement effondrée depuis une dizaine d’années, depuis l’entrée de l’Euro. Pratiquement la moitié des immeubles et des commerces ont fermé ou sont carrément délabrés, les ordures ne sont presque pas ramassées et il y a des graffitis partout. La seule chose qui semble encore bien entretenue, au grand plaisir de notre petite famille, ce sont les terrains de jeux que l’on retrouve presqu’à chaque coin de rue…!

On ressent donc depuis le début une petite gêne de dire que nous sommes ici pour acheter un voilier, on se sent comme une petite famille de bourgeois sur notre voilier de luxe (c’est qu’on n’aurait jamais imaginé un bateau comme ça!!). Par ailleurs, je me console en me disant qu’en tant qu’étrangers, on injecte de l’argent de l’extérieur dans le pays. Je me suis aussi fait dire que la Grèce possède la plus grosse flotte de plaisance de toute l’Europe et il y a une énorme quantité de voiliers qui sont exploités commercialement comme Thétis l’était. De cette façon, ils sont exemptés de taxes et celle-ci est de… 24%!!! (On ne peut plus se plaindre qu’on paie cher de taxes quand on compare… 😉 Étant donné qu’il y a beaucoup de concurrence, un voilier comme Thétis qui date de 1996 était rendu désuet, d’où le prix de vente extrêmement  raisonnable par rapport au marché partout ailleurs en Europe et en Amérique.

Il nous reste encore plein d’étapes avant le départ, mais nous sommes vraiment heureux de pouvoir ramener Thétis cette année et de démarrer le projet à Tadoussac. D’ici là, il nous reste plein d’aventures à vivre et à partager, chose que nous continuerons à faire fidèlement dans notre journal local et sur notre page Facebook.

D’ici là, nous vous souhaitons à tous de très Joyeuses Fêtes toutes blanches et chaleureuses, comme nous savons tant l’être che’nous! 😉 On vous embrasse! De Sylvain, Lilas et Nathan

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Inscrivez voitre commentaire
Inscrire votre nom