NOS JEUNES AUX ÉTUDES

Par Joelle Pierre

0
268


Bonjour Angéline, peux-tu te présenter?

Je m’appelle Angéline Thomas et je suis la fille de Joelle Pierre. Je suis née à Tadoussac et j’ai toujours vécu à Tadoussac. Quand j’ai fini mon secondaire V en juin 2017, j’ai décidé d’aller aux études en histoire et civilisation à Chicoutimi.  Je voulais aller à Jonquière avec mes amis, mais comme le programme a fermé, je me suis inscrite au Cégep de Chicoutimi.

Quel a été ton plus grand « choc» lors de tes premiers cours au Cégep?

La proximité des professeurs, leur disponibilité.

Est-ce que l’adaptation a été difficile?

Oui, car la remise des travaux et les exigences ne sont pas du tout les mêmes qu’au secondaire et la façon de présenter les travaux est complètement différente : nous ne sommes pas préparés à cela.  Par exemple, l’analyse de roman. Nous n’y étions pas préparés. Lire des classiques, sans y avoir été préparé c’est tout un choc.  On devrait commencer à lire des classiques au secondaire.

Où loges-tu pendant tes études?

À la résidence du Cégep de Chicoutimi.  Les chambres sont minuscules, mais « ça fait la job». Par contre, on est très proche : cela a l’avantage de ne pas mettre le nez dehors. On peut même aller au cours en pyjama et pantoufle. Le seul défaut : il y a beaucoup de bruit.  Mais c’est beaucoup moins cher qu’un appart, 275 dollars par mois.

Pour la nourriture, comment tu t’organises?

Cuisiner à la résidence, ce n’est pas terrible.  La cuisine communautaire est souvent sale et il n’y a qu’un étage où il y a une cuisine alors, il faut se promener avec ses chaudrons.  L’idéal c’est d’avoir des repas tout prêts (maison). La cafétéria est excellente; c’est santé et il y a même du végétarien et les prix sont raisonnables.  Pour les amateurs de mal bouffe il y en a aussi!

Parle nous du système de points?

Nous avons une carte avec des points et tout ce que nous achetons au Cégep nous donne des points, nourriture y compris. Et quand nous avons 25 points cela nous donne 25 dollars.

Combien vous êtes dans ton groupe?

Au début, on était 40, mais là il n’en reste plus que 25 à peu près.  Il y a beaucoup d’abandon dans tous les programmes durant la première session.

Vivre en ville?

Au début, le système de bus c’est l’enfer.  Faut que quelqu’un te l’explique sinon tu te retrouves à Alma! (Non, je me suis pas ramassée là, mais j’ai failli.).  Pour ceux qui ne prennent le bus qu’occasionnellement, je conseille d’acheter des billets par paquet de douze. C’est moins cher que la carte mensuelle.

Et les transports?

C’est un peu difficile, car les horaires des autobus Intercar ne «fitent» pas avec mes cours. Je voyage parfois avec une amie qui étudie à Chicoutimi et parfois avec ma mère.  Jusqu’ici, j’ai toujours réussi à m’organiser.

As-tu quelque chose à rajouter?

Si tu veux abandonner, il faut le faire avant la date limite, sinon tu te retrouves avec des échecs à ton dossier et ils ne s’effacent JAMAIS. Du coup, pense à ta cote R, la fameuse cote R (le  machin qui en gros te permet de passer à l’université)  et réfléchis avant de lâcher un cours.  Si tu lâches avant la date limite, tu pourras reprendre le cours à la prochaine session sans problème.  Ne jamais lâcher un cours après la date.  Cela peut sembler un soulagement sur le coup mais tu le regretteras plus tard.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Inscrivez voitre commentaire
Inscrire votre nom