Faits saillants de la municipalité

Par Marilyne Gagné

0
924

Assemblée régulière du 13 novembre 2017 – 18 citoyens présents

Plusieurs autres points ont été discutés. Les faits saillants sont les points qui demandent le plus de détails pour être mieux compris et qui suscitent le plus d’intérêt pour la population.

Acquisition du camion de déneigement et modification du règlement d’emprunt no 365 :  Le camion coûte 244 000 $ et sera payé avec un emprunt de 240 000 $ sur 20 ans.  4 000 $ sera pris à même le budget de fonctionnement. C’est un gros camion, un vrai. Sa durée de vie est évaluée à 20 ans.

Convention collective : La convention est échue depuis le 31 décembre 2016. Un consultant a été engagé pour les négociations et le renouvellement : 1 105 $ plus taxes à ce jour.

Travaux d’asphaltage :
Les travaux d’asphaltage dans le village ont coûté 343 700 $ (287 000 $ prévus au départ + les coûts non prévus pour le retrait du trottoir et l’ajout de bordures de rues). Une subvention de 70 000 $ est à recevoir et sera étalée sur les trois prochaines années, 112 000 $ ont été pris dans les fonds affectés Carrières et Sablières et le reste par un emprunt sur dix ans.

Embauche du nouvel inspecteur municipal :
Il s’appelle Jean-Christophe Henri. Jusqu’en décembre, il travaillera trois jours par semaine à Tadoussac et deux autres aux Bergeronnes. Par la suite, Sacré-Cœur validera son besoin et pourra en bénéficier durant une journée par semaine à partir de janvier ; ce qui réduira alors la présence de notre inspecteur à deux jours par semaine à Tadoussac.

Regroupement des postes de traite du Domaine du Roy : 1500 $ pour une étude de faisabilité pour regrouper les six différents postes de traite et certains centres d’interprétation pour faire un circuit touristique reliant ces lieux patrimoniaux entre le Saguenay et la Côte-Nord.

CCU : Toutes les demandes ont été acceptées.

Conversion du chauffage du centre des loisirs vers l’électricité : Demande de subvention pour la conversion. Projet de 15 000 $. Contribution de la ville de 3 750 $ si le projet est accepté.

Paiement de factures d’avocat : Autorisation pour payer une facture de 10 578 $ à la firme d’avocats Cain Lamarre. Total des dépenses actuelles pour se défendre contre la poursuite d’André Tremblay, Didier Épars, Florent Desrochers, Yohann Tremblay : 28 000 $. André Tremblay et Cie tentent de faire invalider le bail entre la municipalité et AML. Dossier à suivre.

CORRESPONDANCE :

• M. Pierre Nicolas, du Père Coquart Café, met en demeure la municipalité, car il aurait subi des pertes au cours de l’été à cause de l’implantation de la microbrasserie. Sa lettre ne donne pas de raison précise, mais parle plutôt du fait que la municipalité n’avait pas le droit de donner de permis à la microbrasserie à cet endroit. La municipalité dit, quant à elle, avoir tout validé et que le bon permis a été délivré.

• Restaurant La Galouine : Victime de son succès, Tadoussac a du mal à trouver des solutions pour les stationnements d’autobus au cours de la période touristique. Des constats d’infraction sont donnés aux chauffeurs. Des prises de bec ont lieu entre les différents intervenants. Un comité de réflexion avait été mis en place au printemps et le transport en commun avait été un sujet de discussion en plus d’autres problématiques reliées. Il y a lieu de réunir encore une fois le comité et de discuter de solutions. Dossier à suivre.

Questions diverses :

• Stéphanie Tremblay, conseillère, demande que la municipalité fasse une résolution concernant les inquiétudes de la population face à la réduction du nombre de lits à l’hôpital des Escoumins. Par communiqué de presse, le CISSS Côte-Nord explique que c’est à cause d’un manque de médecins à l’urgence si les patients qui ont besoin de soins pour plus de 72 heures doivent être relocalisés à Baie-Comeau. Selon le communiqué de presse de l’hôpital, la situation devrait revenir à la normale en janvier prochain.

• Marilyne Gagné demande que la municipalité de Tadoussac fasse une résolution d’appui à Action-Chômage qui revendique le problème du trou noir de l’assurance-emploi. Cette résolution doit même aller plus loin et chaque village de la Haute-Côte-Nord doit emboiter le pas tout en se mobilisant le 24 novembre lors de la manifestation qui aura lieu à Forestville.   Également, la MRC Haute-Côte-Nord doit sonner l’alarme à savoir que le gouvernement conspire à la dévitalisation de notre région.