Lettre de Charles Breton

Publicité

0
240

Bonjour,

J’ai un parcours qui ma permis d’acquérir certaines qualités et quelques outils qui seront utiles dans le rôle de maire de Tadoussac. J’ai eu une vie de travailleur très variée, col bleu, guide touristique, directeur du festival de la chanson.

Pour le festival, j’ai eu à faire de la représentation politique auprès des gouvernements provincial et fédéral. J’ai acquis un réseau et des contacts à la grandeur du Québec en m’impliquant comme administrateur au réseau des organisateurs de spectacles de l’est du Québec (ROSEQ) et à festivals et événements Québec (FEQ). J’ai été huit ans conseiller municipal à Tadoussac. Cette expérience m’a donné une bonne idée des défis qui attendent le prochain maire. Ma mère, Lucie Boulianne est native de Tadoussac et j’ai fréquenté la région toute ma vie. J’ai choisi de m’installer ici en 1990.

Je souhaite partager avec vous ce que j’aimerais réaliser en tant que maire.  D’abord, il faut que la municipalité s’ouvre plus aux citoyens.  J’ai participé à quelques comités: politique culturelle, suivi des états généraux du tourisme, analyse du stationnement, table de travail pour un réseau d’affichage.  J’y ai appris, entre autres, qu’il faut que les comités soient structurés pour que les gens qui s’impliquent soient aux commandes pour qu’on obtienne des résultats. Plusieurs têtes valent mieux qu’une, il y a des compétences à Tadoussac en dehors du conseil élu et il faut les utiliser. Souvent, on informe la population quand tout est joué, on l’a vu dans le dossier du quai. Pourquoi ne pas avoir invité quelques gens d’affaires autour de la table de négociation?

Le tourisme est vital pour nous et Tadoussac est une destination touristique, cependant c’est aussi notre milieu de vie. Il faut penser aux citoyens, si les résidents sont bien ici les touristes le seront aussi. Quand je regarde les infrastructures pour les citoyens je ne suis pas très fier: les fermières dans le sous-sol, la maison des jeunes dans le sous-sol, la bibliothèque dans le sous-sol. Il y a actuellement des programmes gouvernementaux pour aider les communautés comme la nôtre à se munir d’espaces communautaires adéquats. Il faudrait apporter plus de vision à long terme de ce côté. Les investissements qu’on s’apprête à faire dans Destination Tadoussac sont une occasion de penser aux besoins des résidents et des touristes.

La municipalité joue un rôle important à Tadoussac, est ce qu’il ne faudrait pas faire mieux et moins? La municipalité de Tadoussac a une tendance à centraliser des missions qui pourraient être confiées à des corporations indépendantes, deux exemples : la maison Chauvin et l’information touristique. C’est une analyse que le conseil devrait faire sérieusement.

Les OBNL ont accès à des aides qui ne sont pas offertes aux municipalités. Cela permet une gestion plus souple que celle qui existe du côté municipal. Ça amène un fonctionnement démocratique, car il y a des élections aux conseils d’administration chaque année. Bien entendu, la municipalité aura avantage à soutenir ces entreprises. Permettez-moi de donner le festival en exemple : moins de 5% du budget provient des taxes et seuls les commerces payent. Il y a des gens qui s’investissent pour le souper des bénévoles, l’âge d’or, la fabrique, le petit marché, la marina, le golf, les loisirs, la culture, l’environnement, etc. Il faut encourager, accompagner et valoriser toute cette implication.

Actuellement, il y a des dossiers importants qui vont avoir des impacts à long terme. Le secteur des dunes, l’aménagement de la 138 pour l’adapter aux nouveaux traversiers et Destination Tadoussac, soit le réaménagement du coeur du village.

Du côté des dunes la réflexion est bien entamée et on verra les recommandations du comité. Pour la 138, il va falloir veiller aux intérêts de l’ensemble de la population. Tadoussac mérite un aménagement dont on pourra être fier. Même chose pour Destination Tadoussac. Voilà des opportunités d’aménager Tadoussac pour le mieux.

Il faut aussi évaluer les priorités de développement, l’effort mis dans les croisières internationales est-il le meilleur investissement pour notre économie? Faudrait-il mieux doser nos actions et travailler à prolonger le séjour des visiteurs en basse saison? On doit voir à ce que le tourisme soit bien organisé. Il y a des mouvements de contestations dans certaines destinations touristiques, il faut que l’industrie tienne compte des résidents. On a l’heureux problème d’être très achalandé l’été, mais on est extrêmement dépendant de l’engouement des croisières aux baleines. Il est temps d’avoir une sérieuse réflexion à ce sujet. Il faut diversifier notre économie, j’ai l’intention d’être à l’affût d’initiatives qui ont réussi ailleurs pour les appliquer ici.

Je termine en rappelant que le maire a le rôle de présider les réunions et de représenter la population.

Il n’a qu’un seul vote autour de la table et ne peut rien seul. Il est important d’exercer votre droit de vote afin que le conseil soit représentatif et efficace.

Charles

LAISSER UN COMMENTAIRE

Inscrivez voitre commentaire
Inscrire votre nom